À Propos de K-Loop

Comment est né le projet K-Loop de kimood?

Pourquoi?

Je m’appelle Matteo et je travaille dans le monde du textile depuis des années. J’ai essayé de conserver mes valeurs tout en répondant aux besoins d’un monde fait de produits industriels. Je travaille à concevoir des produits qui me donnent autant de plaisir dans leur production que dans le fait de les porter ..

Il y a quelques jours au supermarché, j’ai assisté à la conversation suivante entre mon aînée Alessandra, 6 ans, et Marina, 3 ans, plus jeune.

Marina : « Papa achète-moi une bouteille d’eau j’ai soif s’il te plait! » Alessandra avant même que je puisse répondre : « Vous savez, nous n’achetons pas de bouteilles en plastique parce qu’elles finissent dans la mer et que les poissons meurent ; papa te donnera l’eau qu’on a dans le thermos  »

La raison du projet K-loop ?

Mieux l’expliquer qu’une fille de 6 ans est impossible.

Qu’est-ce que le projet K-Loop ?

Le projet K-Loop est la « boucle de la boucle », ou mieux dit en termes marketing « l’économie circulaire ».

Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Cela signifie simplement que les tissus des sacs K-Loop sont fabriqués en récupérant les déchets de production de multiples produits KARIBAN BRANDS. Des chutes qui peuvent être en cotons bio.

Comme le symbolise notre logo, nous récupérons tout ce que nous pouvons pour donner une nouvelle vie à de simples pièces en coton. Citant le célèbre chimiste, biologiste, philosophe et économiste du XVIIIe siècle Antoine-Laurent Lavoisier. « Rien ne se perd, rien ne se crée : tout se transforme« .

Comment mettez-vous en oeuvre K-Loop?

Le projet K-Loop s’applique à classer et à valoriser les déchets de production dans nos usines. Le « hasard » nous aide à minimiser l’empreinte car les usines sont à moins de 20km du centre de filature où nous collectons tous les ballots de déchets appelées dans notre jargon Jhoot (d’où le nom des couleurs).

Dans la filature appelée « Symco », les tissus sont séparés par couleur lorsque cela est possible. En cas de tontes trop petites, les tissus sont simplement mélangés tous ensemble quelle que soit la couleur.

Une fois les couleurs séparées, tout est broyé pour former un amalgame de coton qui peut être taillé. Les fils ainsi traités sont trop courts pour être filés seuls, c’est pourquoi une âme en polyester issu du recyclage des bouteilles d’eau en PET est ajoutée lors du filage.

Dans le processus, nous ajoutons également des traceurs pour suivre l’origine de tous les matériaux recyclés grâce aux informations enregistrées dans une blockchain. Une fois que nous avons obtenu notre fil, nous le transférons à Ausbanglatex qui s’occupera de tout le reste, c’est-à-dire de tisser la toile, la couper et coudre les sacs que vous avez entre les mains.